1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Cette taxe doit réduire les inégalités entre les modes des transports et créer de l'emploi, de l'activité économique en finançant la modernisation ou la création de nouvelles infrastructures de transport : dégager de nouvelles capacités d'investissement est une urgence, la vétusté d'une partie du réseau ferroviaire national est avérée et la réouverture de ligne, une nécessité.
Eco'mouv, la société qui gère ce dispositif, c'est concrètement en Lorraine 200 emplois à Metz pour la gestion de ce nouveau.
La lutte contre le changement climatique avait justifié la création de l'écotaxe lors du Grenelle en 2007, dans une optique de transfert modal de la route vers le rail. En Lorraine, le transfert pourrait alléger et rendre encore plus fluide l'axe Thionville/Epinal A31-N57 ainsi que l'itinéraire Saint Dizier/Phalsbourg RN 4-RN 333-A 33.
Au-delà des arguments invoqués par le ministre des Transports pour justifier le report de l'écotaxe, le peu d'empressement des transporteurs à faire enregistrer leurs poids lourds peut faire craindre que certains milieux patronaux veuillent empêcher sa mise en place.
Les transporteurs ont pourtant eu toute garantie que cette taxe sera répercutée sur les clients des transporteurs, avec le nouveau mécanisme de répercussion de la taxe mis en place par la loi du 29 mai 2013. De plus, elle s'applique à tous utilisant le réseau quelque-soit la nationalité des transporteurs.
Le conservatisme patronal qui s'exprime aujourd'hui autour de la mise en place de l'écotaxe poids lourds – et plus largement sur la fiscalité écologique – est fondamentalement anti constructif, et contraire à la modernisation économique du pays. Loin d'être un handicap, elle représente un atout pour renforcer nos capacités en investissements d'avenir et permettre demain à l'ensemble de l'appareil de production de s'appuyer sur une offre de transports modernisée. L'écotaxe a en effet montré, dans les pays où elle a été mise en place, notamment en Allemagne, l'amélioration de la chaine logistique au bénéfice des entreprises de production.

Lors de la séance plénière du Conseil régional du 24 octobre 2014, les élus Europe Ecologie Lorraine ont proposé à leur collègues de la majorité de présenté une motion de maintien de l'écotaxe qui a été adoptée par l'Assemblée.