1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Pour protester contre le sort réservé aux habitants de Wadi-Fukin, 3 courriers signés par le Président Masseret et les Présidents des groupes PS, PC et EEL, partent aujourd'hui à François Hollande, Président de la République, Laurent Fabius, Ministre des Affaires Etrangères et monsieur l'Ambassadeur d'Israël, dont voici le contenu :

Nous avons l’honneur d’attirer votre attention sur le sort réservé au territoire de WADI FUKIN.

Depuis 3 ans, des collectivités locales de Lorraine, des personnalités et des associations* soutiennent un projet de rénovation du système d’irrigation de la coopérative maraîchère de WADI FUKIN, un village d’un millier d’habitants en Palestine à l’Ouest de Bethléem.

En octobre 2011 et en septembre 2012, des délégations d’élu.es** et des associations se sont rendues à WADI FUKIN accompagnées par une représentante du Consulat de France à Jérusalem. Elles ont pu se rendre compte sur le terrain, des avancées du projet mis en œuvre par la coopérative agricole avec l’aide  des agronomes locaux.  L’objectif  en matière de production est avéré, les retombées  économiques pour  la coopérative sont importantes  (en considérant un  territoire enclavé à proximité d’une colonie israélienne en perpétuelle expansion),    la gestion financière est transparente. Ainsi, nos délégations ont  rencontré des paysans heureux et reconnaissants pour l’aide apportée: certains, quelques années auparavant, avaient dû abandonner l’agriculture, mais grâce à ce projet soutenu par nos collectivités, ils ont pu se remettre à cultiver leurs champs. Le député Hervé Féron a  relaté son expérience dans un carnet de voyage très vivant.

Depuis, l’armée israélienne a émis un avis de confiscation de 60 dounoums de leurs terres, c’est-à-dire 6 hectares. Ces terres ne sont pas directement celles qui ont été réhabilitées dans le cadre de notre projet mais elles sont attenantes et tout récemment (6 février), l’armée intervenait pour déraciner 300 oliviers nouvellement plantés.

A cela s’ajoutent les problématiques conflictuelles : espace de plus en plus réduit du fait de l’implantation d’une colonie israélienne voisine, BETAR 'ILLIT, futur tracé du mur qui enclavera le village, rejet des eaux usées de la colonie sur les terres agricoles de WADI FUKIN ce qui est un véritable désastre agricole et environnemental.

*Conseil Régional,  Conseil Général de Meurthe-et-Moselle,  Communauté Urbaine du Grand Nancy, les municipalités de Vandœuvre, Tomblaine, Villerupt, Hussigny-Godbrange. Mont St Martin, la Communauté de Communes de Moselle et Madon, le député Christian Eckert,  4 groupes AFPS d’Alsace et de Lorraine

** Hervé Féron député de Meurthe  Moselle, Josiane Madelaine vice-présidente de la région Lorraine chargée de la Solidarité Internationale                                                                                                                                                      

                                                                                                                                                    … /…

Monsieur le Président, au nom du respect des règles du droit international, au nom du respect de nos engagements coopératifs pour cette communauté qui a droit à un développement non entravé,  nous vous demandons d’intervenir auprès du gouvernement israélien pour que cesse toute pression foncière et/ou destructrice de terres agricoles pour le village de WADI FUKIN.  Cette communauté villageoise ne menace en rien l’Etat d’Israël. Mais toute expansion de la colonie de BETAR’ILLIT  sera préjudiciable au développement agricole du village de WADI FUKIN.

Nous vous demandons solennellement, dans le cadre de l’Année Internationale de la Solidarité avec le peuple Palestinien  d’intervenir auprès des instances israéliennes pour que cessent les intrusions et destructions à WADI-FUKIN. Nous espérons que la France saura dans le cadre de cette année de Solidarité conforter le peuple Palestinien dans ses revendications pour un Etat qu’ils attendent  depuis 60 ans et qu’ils sont en capacité de gérer démocratiquement.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre haute considération.