1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Nancy-Toul

8è Vice-Présidente chargée des Politiques de Citoyenneté, de Solidarité et de Santé

Membre de la Commission au développement durablefontaine54_

 

Représentante de la région au conseil d'administration du :

  • Lycée Professionnel Régional "Jean Prouvé" – Nancy
  • Lycée Professionnel Régional "du Toulois" - Toul
  • Lycée Technologique et Professionnel Privé "Pierre de Coubertin" - Nancy

Sortir du nucléaire

On lit et on entend parler d’indécence quand les écologistes « osent » dénoncer les dangers du nucléaire, rappeler leur opposition historique et leurs demandes répétées de sortie du nucléaire.
La question se pose aujourd’hui cruellement à tous et les écologistes ne devraient plus en parler ?
Ce qui est indécent c’est d’entendre les « pro-nucléaires » politiques, industriels ou actionnaires défiler dans les médias pour essayer de nous convaincre que ce qui se passe au Japon ne pourrait pas se passer chez nous , que le nucléaire en France est sécurisé et que la France ne peut pas se passer du nucléaire. Si on demandait aux Français ce qu'ils en pensent?
L’argument de la seule réponse aux besoins ne tient pas, l’énergie nucléaire ne fournit que 2,5% de l’énergie mondiale, si nous cessons de gaspiller, de produire des biens inutiles, d’inciter nos concitoyens à une consommation qui les aliène et de favoriser l’obsolescence des produits nous pouvons aisément nous passer de ces 2,5%.
On a du mal à comprendre comment un système économique aussi aberrant peut durer.
Le risque existe et ils le savent tous. Alors pourquoi mettre la sécurité mondiale en péril ?
A qui profite le crime?

 

Charte Européenne pour l'Egalite des Femmes et des Hommes dans la vie locale

Jacqueline FONTAINE
Vice-Présidente
Conseil Régional de Lorraine

Le 8 mars 2011
à Monsieur Jean-Pierre Masseret
Président du Conseil Régional de Lorraine,

 
Monsieur le Président,

 A l’occasion de ce 8 mars 2011, j’ai l’honneur de solliciter votre engagement à signer la « Charte Européenne pour l’Egalité des Femmes et des Hommes dans la vie locale ».
900 collectivités locales en Europe, dont 14 Régions de France, sont déjà signataires. En signant cette Charte, les collectivités s’engagent à favoriser, à leur échelle et dans leurs champs de compétences, une société réellement égalitaire. Cela passe notamment par une approche transversale des droits des femmes dans l’ensemble des politiques.
Je sollicite également d’être missionnée pour le suivi de sa mise en œuvre effective.

Avec mes meilleurs sentiments, 

Jacqueline Fontaine

 

 

 

Colloque Santé

Colloque à Sarrebruck « Excellence interrégionale : formation, recherche, santé »
Contrairement à ce qui est écrit dans le Républicain Lorrain du 21 novembre 2010, j’y étais, la Lorraine n’était donc pas absente! Mais c’est l’ARS qui était attendue pour participer à la table ronde…

J’ai quand même pu prendre la parole pour exprimer mon étonnement d’entendre les représentants politiques parler de « marché » et de « client » à un colloque qui avait pour objet la santé et rappeler la définition de la santé d’après l'OMS :
« La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité »
Les déterminants de santé reconnus sont :


11% : l’organisation du système de santé et des soins
16% : l’hérédité 
21% : l’environnement (qualité de l’air, de l’eau, des sols, de la nourriture…)
53% : le mode de vie (réseau social, revenus, activités culturelles et sportives, niveau scolaire…)
Une étude menée au niveau mondial a même démontré que le niveau scolaire des mères avait une incidence sur la santé des enfants et cela dans quelque pays que ce soit.

Il y a donc encore beaucoup à faire et beaucoup de choix politique à prendre en dehors des préoccupations marchandes.

 

occupation de la Maison du Lait par la Confédération Paysanne

Il est un autre combat dont la presse et les médias ont peu parlé …
Le 8 septembre dernier, quelques dizaines de militants de la Confédération paysanne, s’installaient à la Maison du Lait , les locaux de l'interprofession à Paris, pour exiger de participer aux discussions sur la politique laitière et notamment les prix payés aux producteurs. En effet bien qu’étant soumis au « prélèvement volontaire obligatoire » comme tous les producteurs de lait, les membres de la Confédération Paysanne, comme les autres syndicats minoritaires, ne sont pas représentés au sein de l'interprofession laitière. Seule la FNSEA, à travers sa branche spécialisée, est autorisée à siéger au sein de l'interprofession.

L’occupation de la Maison du Lait a duré 5 semaines.
Pendant ces 5 semaines, des sympathisants, des élus, des militants sont venus apporter leur soutien aux syndicalistes.
Nous y sommes allés avec Ahmed les 27 et 28 septembre, équipés de notre sac de couchage et de notre brosse à dent.
Les locaux sont luxueux, rue de Châteaudun, à deux pas des Galeries Lafayette, plusieurs étages de bureaux désertés, salles de réunion, cabinet de toilette, équipement haut de gamme…

2pAu programme : Assemblée Générale, conférence de presse, échanges autour des spécialités du « terroir », avec en suspend la question « quand vont-ils nous évacuer ? »
Ce soir là, trois personnes débutent une grève de la faim qui durera 18 jours.
La nuit, nous gardons nos sacs près de nous au cas où il faudrait rapidement quitter les lieux.


19 octobre 2010 : « Sans heurts ni fracas: les trois grévistes de la faim et la trentaine de militants de la Confédération paysanne venus les soutenir ont été évacués, hier après-midi, de la Maison du lait à Paris par les forces de police. Ils occupaient le siège de l'interprofession laitière (CNIEL) depuis le 8 septembre dernier. Christian Vincent, André Bouchut et Josian Palach entraient dans leur 18e jour de jeûne. Visiblement affaiblis, les trois hommes ont été évacués sur des civières par les pompiers et conduits à l'hôpital Lariboisière pour y subir un bilan sanguin. »
Une entrevue avec Bruno Le Maire a été obtenue. Des discussions avec l’ensemble des syndicats représentatifs de la profession agricole ont eu lieu à la Maison du Lait.

Une réunion au ministère est prévue aujourd’hui 23 novembre 2010.
A suivre….mais il faudra chercher l’information

Sort du Sahara Occidental

Il est des conflits dont ni la presse ni aucun média ne se sont fait l’écho.
C’était le cas pour celui du Sahara Occidental.

Depuis le cessez le feu de 1991, la situation des populations sahraouies ne passionnait plus ni les journalistes ni les gouvernants français. Pourtant l’invasion marocaine de 1975 avait soulevé un vent de solidarité avec ce peuple du désert qui venait déjà de combattre la colonisation espagnole. Il est clair que l’image touristique du Maroc et les liens commerciaux qui unissent le pouvoir marocain et l’Etat français sont à l’origine des difficultés rencontrées par les militants des droits humains et les soutiens au peuple sahraoui pour faire connaître cette cause.
Depuis 1975, 80% du Sahara Occidental est contrôlé par le Maroc ; le peuple sahraoui vivant sous domination marocaine, privé de liberté d’expression, d’information et de circulation, n’a aucun moyen de faire valoir ses droits fondamentaux.
30 000 Sahraouis qui ont fui les combats se sont réfugiés en Algérie.

enfants_saharaJe suis allée au printemps dernier avec une délégation d’élus d’Amérique latine, d’Espagne et de France rencontrer ces familles sahraouies dans le camp de Tindouf en Algérie. Là-bas, au milieu de nulle part, en plein désert, des familles, le plus souvent des femmes et leurs enfants, vivent dans le plus grand dénuement de l’aide internationale depuis 35 ans.
Notre hôtesse que nous avions fait attendre répondait à nos excuses « ce n’est pas grave, j’ai l’habitude, ça fait 35 ans que j’attends »…

Le Sahara Occidental est un territoire non autonome, dont la décolonisation n'est pas terminée ; c’est la dernière colonie d’Afrique.
Les autorités marocaines revendiquent la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental et propose un statut de province autonome.
La souveraineté marocaine sur le Sahara occidental n'est pas reconnue par l'ONU.
Un référendum d’autodétermination est demandé non seulement par les Sahraouis, mais selon un mandat de l'ONU étendu depuis 1960 à tous les territoires non autonomes, comme des dizaines de résolutions continuent  de le confirmer jusqu’à aujourd'hui. Le non-respect de la réalisation de ce référendum repose principalement sur la position de la France au Conseil de sécurité
L'occupation du Sahara marocain est condamnée par l'ONU depuis 1975, qui demande aux autorités marocaines d’organiser le référendum d’autodétermination.

Depuis la mi-octobre, pour alerter l’opinion internationale et protester contre leurs conditions de vie, 15.000 Sahraouis ont décidé de retourner au désert, d'y planter leur tente, d'être des réfugiés sur leur propre terre...
Le 8 novembre, les forces marocaines ont démantelé par la force leur camp de toile. Le bilan officiel marocain fait état de 12 morts, dont dix parmi les forces de l'ordre, et de l'arrestation de 163 personnes, mais le Front Polisario, qui milite pour l'indépendance du territoire, accuse Rabat d'avoir fait des "dizaines" de morts, plus de 4.500 blessés et procédé à plus de 2.000 arrestations au cours des violences à Lâayoune et aussi à Smara, autre ville importante du territoire.

Le Conseil de sécurité de l’ONU, qui a déploré mardi les violences de la semaine dernière au Sahara occidental, suite à l’assaut militaire marocain contre des camps sahraouis de Laâyoune, a demandé l’envoi d’une mission d’enquête de l’ONU sur place. Mais selon le représentant du Front Polisario à l’ONU, Ahmed Boukhari, elle a été refusée par la France. « Cette proposition n’a pu aboutir en raison du refus de la France qui a été le seul membre du Conseil de sécurité à s’opposer, lors de cette réunion, à l’envoi de cette mission d’enquête », a affirmé M. Boukhari, selon El Watan.
Comme en avril 2010, quand la France a été le seul pays à s’opposer à l’élargissement de la mission de la MINURSO à la protection des Droits Humains dans les territoires occupés.

Que devront encore faire les Sahraouis pour faire valoir leur droit et ne pas retomber dans l’oubli international ?

Une Association de Solidarité avec le Peuple Sahraoui (ASPS) s’est créée en Lorraine, soutenue par un groupe d’élus,

-          pour informer sur la situation au Sahara Occidental,

-          demander le respect du Droit International

-          mener des actions de solidarité avec le Peuple Sahraoui