1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Meuse et Metzleblan55

 

Membre des Commissions :

  • aux Affaires Economiques.
  • des Achats Publics.

 

Représentante de la région au conseil d'administration du :

  • Lycée Général et Technologique Régional "Raymond Poincaré" – Bar-le-Duc

Pour un Procureur "financier"

Voici l'intervention que j'ai faite aujourd'hui en Séance Plénière concernant le point "délégation au Président en matière d'emprunt :

Nous allons voter ce rapport mais permettez-nous d'exprimer une demande : la banque Barclays a écopé mercredi d'une amende record de 360 millions d'euros. Ces voyous ont réussi, et pas seulement essayé comme le relatent certains journaux, ils ont réussi à truquer, donc, les taux d'intérêt de référence : le Libor et l'Euribor, qui ne concernent pas que les collectivités locales mais définissent le prix des crédits aux ménages et aux entreprises à partir du taux auquel les banques se prêtent de l'argent entre elles. Une vingtaine d'autres établissements sont toujours sous le coup d'une enquête internationale

Depuis 2008, quand les Etats se sont portés garants pour les banques sans contrepartie, c'est à une succession de rémunérations indécentes, de collusions et de conflits d'intérêt auxquels nous avons été confrontés : souvenons-nous de Dexia qui a trahi sa mission d'intérêt public. Un scandale est en train de germer à bas bruit : la Caisse des Dépôts et Consignations qui va afficher une perte de 750 millions d'euros qui semblent s'être évaporés suite à la fusions de Transdev et Véolia,  750 millions d'euros d'argent public que nous allons encore payer

Collusions diverses et d'intérêts croisés toujours au détriment des citoyens alimentent les polémiques sur les dérives du secteur financier.

Et pourtant,  les Islandais, dont on parle beaucoup moins que des Grecs - on se demande bien pourquoi-, ont  nommé un procureur spécial chargé d'enquêter sur les raisons du naufrage financier et d'en déférer les responsables présumés devant la justice.
Après une série d'enquêtes dont je vous fais grâce pour ne pas déborder sur le temps, étrangement, et seuls les suspicieux pourront y lire une quelconque relation de cause à effet, les créanciers ont alors présenté une proposition d'apurement de la dette islandaise : de 37 ans à 15 ans  et le taux d'intérêt tombe à 3% ! « Non et non ! » continuent de refuser les Islandais en avril 2011. 
En avril 2012, le procureur Hauksson a d'ailleurs travaillé avec la police du Grand Duché sur une petite centaine d'Islandais « ayant exercé par le passé des responsabilités dans le secteur financier islandais ». Il n'en faudra pas plus pour convaincre ceux d'entre eux qui n'avaient pas encore quitté le pays, de le faire brutalement, en renonçant à leurs indemnités.

C'est pourquoi, nous vous demandons, Monsieur le Président, chers collègues, de rejoindre et de soutenir le Collectif pour un audit citoyen de la dette, en espérant aboutir à la nomination d'un Procureur Spécial sur le modèle de ce qui s'est fait en Islande.