1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

                    COMMUNIQUE DE PRESSE 17 mars 2014

 

AGRI016En Lorraine, en matière de pollution de l’air par les particules fines, tous les ans c’est la même chose, ce qui fait la différence à cette période de l’année, c’est l’activité bactérienne des sols retournés  qui se cumule avec les émissions dues à l’usage d’un seul produit ! Ce produit est connu : il s’agit des engrais azotés de synthèse que les agriculteurs épandent en masse dans nos campagnes sous forme liquide dont une part majeure s'évapore directement dans l’air que nous respirons.

Face à ce phénomène, sur le long terme, nous rappelons que nous préconisons depuis toujours la transition agricole vers un mode de production plus respectueux des hommes et de l’environnement. En cette période de pollution où la prise de conscience médiatique des conséquences sur la santé humaine est forte, profitons-en pour prendre les bonnes orientations vers l’agro-écologie.

A court terme, nous observons que les mesures qui ont été prises dans l’urgence ne portent que sur les effets du transport. Au passage, nous regrettons que ces mesures (gratuité des bus en ville et réduction de la vitesse) aient été si tardives et si éphémères : 1 jour et demi de gratuité dans les bus, c’est quasi anecdotique.

Concernant les transports toujours, nous rappelons la nécessité de mettre fin à l’avantage au diesel en France et l’urgence de la mise en place rapide de la taxe poids lourd. La lutte contre le changement climatique avait justifié la création de cette écotaxe lors du Grenelle en 2007, dans une optique de transfert modal de la route vers le rail.

Concernant la contribution de l’agriculture aux émissions de particules qui sont donc majoritaires en Lorraine, nous nous étonnons de la frilosité de la Préfecture qui « invite » simplement les agriculteurs à différer leurs travaux d’épandage. N’y a-t-il pas moyen de faire mieux et plus convaincant ? Nous interpellons les représentants de la profession agricole en Lorraine : « quelles sont vos propositions pour participer à l’effort commun ? »

De notre côté, nous continuons à promouvoir une politique régionale agricole qui permette cette transition nécessaire vers l’agro-écologie et nous impulsons une politique régionale de santé publique qui interpelle les acteurs sur les effets de la qualité environnementale pour la santé. A ce propos, nous allons mettre en évidence ce lien lors d’une journée de réflexion « santé-environnement » qui aura lieu à l’Hôtel de région le 27 mai prochain. Cette journée s’inscrira dans le cadre du suivi du PRSE (Plan Régional Santé Environnement).

 

Jacqueline Fontaine, Vice-Présidente Citoyenneté, de Solidarité et de Santé

Ahmed Remaoun, délégué Agriculture Biologique et Nouveaux Procédés