1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Les manifestations actuelles en France peuvent faire craindre de nouveaux retards dans la mise en place de la contribution poids lourds. Je veux dire aujourd'hui avec force qu'un nouveau report ne règlerait rien, et retarderait encore la nécessaire modernisation de l'offre de transport et d'organisation logistique dans ce pays et le développement en Lorraine d'une industrie agro-alimentaire de qualité pour une meilleure santé des consommateurs lorrains.

Avec Ronan Dantec, sénateur EELV, François-Michel Lambert, député EELV et José Bové, député européen EELV, je veux redire que la Contribution Poids Lourds c'est d'abord une fiscalité écologique qui instaure un cercle vertueux. Elle résulte du Grenelle de l'environnement. Cette taxe existe dans cinq pays européens. Mise en place dès 2005 en Allemagne, elle a permis de mobiliser 4,3 milliards d'euros en 2012, et la part du fret ferroviaire y a fortement augmenté.

La Contribution Poids Lourds s'inscrit dans une logique de changement des comportements et une optimisation de l'agriculture, de sa transformation et des transports : moins de marchandises circulant en tous sens sur nos routes et plus de circuits courts.

Ceux qui s'insurgent contre cette taxe aujourd'hui manipulent la réalité. La Contribution Poids Lourds, dite « écotaxe », ne va pas détruire l'économie locale. Au contraire, applicable à tous les transports, et payable au kilomètre, elle va pénaliser les transports longs et ainsi faire baisser l'avantage concurrentiel de marchandises provenant de pays aux normes sociales et environnementales faibles, ou encore elle va faire payer les transporteurs routiers étrangers qui ne font que traverser la France du Sud au Nord, ce qui est le cas principalement en Lorraine. Ces convois n'apportent rien à notre économie si ce n'est pollution, donc problèmes de santé, et destruction de nos routes.

Les flux financiers créés par la Contribution Poids Lourds sont aussi créateurs d'emplois par la protection des emplois locaux contre certaines importations. En Lorraine, la Contribution Poids Lourds s'inscrit clairement dans le soutien à des logiques de transformation sur place des productions agricoles. Faut-il rappeler, par exemple, que 4% des fruits et légumes consommés par les Lorrains sont produits en Lorraine et 9% des produits du cochon seulement ? Faire de l'écotaxe un symbole des difficultés actuelles du secteur agro-alimentaire est donc un contre-sens total. Je soutiens la politique du Conseil Régional en matière de développement local de l'industrie agro-alimentaire pour une transformation locale des produits agricoles lorrains jusqu'à présent quasi exclusivement exportés.

Grâce aux produits de la Contribution Poids Lourds, développons encore plus le transport fluvial des céréales produites dans notre région, organisons une réelle prise en charge de l'abattage afin de renverser la tendance actuelle de la disparition petit à petit et quasi complète des abattoirs lorrains et soutenons la transformation sur place. Avec la Contribution Poids Lourds, nous donnons aux Lorrains la possibilité de s'alimenter de plus en plus « lorrain ».

C'est donc tout naturellement, en tant que délégué au développement de l'agriculture bio et aux nouveaux procédés que j'estime avec mes camarades députés et sénateurs que le gouvernement doit rester ferme sur l'application au 1er janvier de la Contribution Poids Lourds, dite « écotaxe ».