1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Cattenom et Grande Région

Le 20 avril 2011, un sommet exceptionnel de la Grande Région était réuni en Préfecture de Lorraine à l'initiative de Jean-Pierre Masseret, président de la Grande Région.
Josiane Madelaine, en tant Vice-Présidente de la Région Lorraine, Présidente du Conseil Parlementaire Interrégional, en faisait partie.
Elle publiera un compte-rendu "de l'intérieur" prochainement sur son blog.
D'ores et déjà, nous pouvons nous réjouir de l'apport incontestable de nos voisins sarrois, luxembourgeois et wallons dans le débat.
C'est ainsi que la question de la fermeture de Cattenom n'a pas pu être évitée. A suivre ...
Lire la résolution finale

Gaz de Schiste : ce n'est pas une solution

Les enjeux énergétiques seront de plus en plus importants dans un avenir proche avec le pic du pétrole, la remise en cause que nous espérons du nucléaire et la lutte contre l'effet de serre.
Ceci pourrait donner des arguments aux industriels qui s'engoufrent dans le marché des gaz de schiste.
Malheureusement, cette nouvelle exploitation de notre sous-sol n'est pas une solution au regard de multiples critères.
C'est pourquoi, à l'instar de leurs collègues de la plupart des régions françaises, les élus EELV se mobilisent contre l'exploitation des gaz de schiste en Lorraine, industrie désastreuse pour l'environnement. Ils ont été à l'initiative d'une motion votée lors de la plénière du 1er avril 2011 (et ce n'est pas un Poisson !!) 
Voir la page Plénière

Plénière : budget

Comment peser sur la politique régionale quand on est minoritaire dans la majorité ?
Question complexe à laquelle les élus EELV ont répondu lors de cette plénière des 27 et 28 janvier, sur 2 registres.

tribune
D'abord, en revendiquant leur autonomie politique au sein de la majorité.
Pour le budget et conformément à ce qui'ls avaient annoncé en conférence de presse, les élus du groupe Europe Ecologie les Verts se sont exprimés HAUT ET FORT pour marquer leurs différences quant aux sujets qui fâchent : Geci, Chambley, nanotechnologies, réforme territoriale (Daniel_recettes.doc  )...
Ils ont voté le budget dans sa globalité, en cohérence avec leur engagement de mandature avec le PS et le PC, mais ils ont rappelé qu'en commission permanente ils continueront à s'opposer à l'entrée de la Région dans le capital de GECI (Brigitte_dpenses_axe1.doc ), aux PPP dans les lycées, aux dépenses de Chambley (Evelyne_dpenses_axe_4.doc) , aux subsides accordées aux nanoparticules (Jacqueline_nanos.doc) ...

Ensuite, en étant à l'initiative et force de proposition pour 2 motions essentielles :
- l'organisation de la transparence bancaire pour les partenaires financiers de la Région (Transparence_bancaire.doc)
- l'appui à la protection des lycéens étrangers de notre territoire (soutien_aux_lycens_sans_papiers.doc)

Les élus EELV ont apporté également leur soutien à une motion indispensable concernant la situation de l'enseignement après les annonces de suppression de postes de ces derniers jours (Motion_postes_ducation.doc) (ChristineK_axe2.doc )

Plénière du 25 novembre 2010 DOB présentation Axe 3

Attention ! Ceci est une retranscription "mot à mot" d'une intervention orale non préparée par écrit. Vous en excuserez l'expression non littéraire.

Intervention de Daniel Béguin

L’Axe 3 vous est présenté par approche thématique. Je vous présenterai ce qui relève du champ de compétence de ma vice-présidence et Patrick Hatzig va développer ce qui concerne les transports et l’éco mobilité.
Gardez bien à l’esprit que cet Axe 3 n’a pas vocation à rester thématique.
Il nous faut trouver les leviers d’intervention nécessaire à travers, à la fois les Règlements d’Intervention et les moyens financiers d’accompagnement. Mais il nous faut aussi, puisque c’est le plus grand chantier qui nous attend à partir de 2011, être beaucoup plus ambitieux, beaucoup plus pénétrant, beaucoup plus efficace sur la transversalité de nos politiques et sur la prise en compte des questions de développement soutenable et de responsabilité, en matière d’environnement.

La première présentation que je pourrais faire est la question de l’exemplarité.

Il est vrai que nous avons une responsabilité première et majeure, c’est l’exemplarité, au regard des compétences qui nous sont propres et des propriétés dont nous avons la main. A quoi servirait-il d’avoir un discours sur la prise en compte de la maîtrise de l’énergie ou le développement des énergies renouvelables, si dans nos propres propriétés ou si dans les domaines d’activité pour lesquels nous sommes des acteurs majeurs, nous ne sommes pas capable de décliner à cours terme cette priorité.
Il est donc évident que l’exemplarité du Conseil Régional tient d’abord à cette première approche. 

Ensuite, on voit depuis plusieurs années évoluer très rapidement, à la fois pour les entreprises pour lesquelles les contraintes environnementales sont aujourd’hui en train de devenir à la faveur de dispositifs innovants, une véritable prise en compte de la gestion des flux, non pas une contrainte, mais au contraire un atout en matière de compétitivité pour les entreprises. Je rajoute que certains domaines d’activité créent des filières nouvelles qui sont en voie d’extension et qui développent sur l’ensemble de nos territoires, à la fois de l’emploi, de la richesse et de la valeur ajoutée.

L’exemplarité des collectivités … tant il est vrai que nous sommes appelés à financer un grand nombre de projets portés par les collectivités, et il nous parait normal d’être beaucoup plus attentif à la sélectivité de nos aides et aux critères conditionnant la participation du Conseil Régional. Il nous parait aujourd’hui évident que construire un bâtiment neuf très énergivore est un contresens total. Encore faut-il faire en sorte que les maîtres d’ouvrages, les accompagnateurs, les architectes, les entreprises même, et la formation aient la volonté nécessaire pour pouvoir intégrer ces nouvelles préoccupations.

Enfin l’exemplarité pour les usagers de nos politiques. On voit bien que de très nombreux Lorrains, notamment durant cette période du mandat précédant 2004-2010, ont largement accepté et ont largement accompagné les politiques qui ont été mises en place par le Conseil Régional de Lorraine. Je pense plus particulièrement au développement des énergies renouvelables chez les particuliers.Photo_Daniel_Beguin

Cela étant, dans un budget contraint où certains domaines sont en voie de normalisation, je pense plus particulièrement à la mise en œuvre du Grenelle qui va obliger dans un premier temps les bailleurs sociaux à faire en sorte que les nouvelles constructions intègrent dés la conception, la très haute performance énergétique et où un certain nombre de particuliers et notamment lorsqu’il s’agit de vendre son bien vont être obligé de présenter un bilan énergétique en accompagnement de la vente, vont entraîner de facto et entraînent d’ores et déjà un certain nombre de mécanismes naturels d’accompagnement et d’investissements   pour lesquels il ne nous apparait plus nécessaire de pratiquer des accompagnements auprès de ces porteurs.

De 2004 à 2010, nous avons essentiellement porté des vœux sur le développement des énergies renouvelables, c’était une volonté politique, elle était claire.
Il s’agissait de démontrer que nous pouvions valoriser les ressources au plus près des territoires, d’où le développement des chaufferies bois, qui fait que la région Lorraine est aujourd’hui, quasiment à égale avec la Franche-Comté, l’une des deux premières régions de France à développer la biomasse, les sous produits, le bois-énergie, à la fois pour les collectivités qui sont porteuses, mais aussi pour les entreprises qui récupèrent souvent ces matériaux qui étaient des sous produits non utilisés, mais aussi pour un certain nombre de particuliers, donc on a fait en sorte que sur ce domaine là, plus particulièrement, nous soyons très efficace en accompagnement , et que se développe une filière en matière de biomasse bois-énergie. Ce qui d’ailleurs a entraîné un certain nombre d’entreprises de la région Lorraine, je reviens à Wiessmann, mais il y en a d’autres, à mettre en place des investissements, à fabriquer eux même leurs propres chaudières extrêmement performantes et à répondre de manière très précise aux besoins exprimés, tant au niveau des particuliers qu’au niveau de grosses chaufferies biomasse de très grandes collectivités.

Nous avons été performants, il me semble, pour ce qui concerne l’accompagnement de toute la filière solaire, la production d’eau chaude sanitaire à partir de panneaux solaires, la production de photovoltaïque chez les particuliers, chez les collectivités, chez les entreprises.

Nous avons largement soutenu le développement de la géothermie. Nous sommes la première région de France à nous être investi sur le développement de la géothermie par forage, ce qui a amené l’installation de foreurs qui n’existaient pas sur la région Lorraine. On a aujourd’hui un tissu de petites entreprises, petits artisans qui sont en mesure de répondre par leur technicité, par leurs investissements, aux besoins qui sont exprimés par les Lorrains.

On a donc eu une très grosse période d’accompagnement sur le développement des énergies renouvelables.
Je rappelle que 12 000 particuliers ont bénéficié des aides du Conseil Régional de 2004 à 2010 dans le domaine de l’installation des énergies renouvelables sur l’ensemble du territoire de la Région Lorraine.
Je rappelle aussi que les bailleurs sociaux tant en ce qui concerne leurs programmes de construction, qu’en ce qui concerne leurs programmes de rénovation, ont bénéficié d’aides substantielles du Conseil Régional, puisque, pas moins de 15 millions d’euros en l’espace de un an et demi, ont été investi par le Conseil régional en accompagnement des bailleurs sociaux. Je rappelle enfin que, quand on parle de bailleurs sociaux, on parle de familles modestes, on parle de familles qui doivent faire face à des charges énergétiques qui sont très fortes et le fait d’aider les bailleurs sociaux à faires des investissements de haute performance énergétiques et donc d’isolation, leur permet de récupérer du pouvoir d’achat, de la qualité de vie, leur permet de récupérer ce qui est le plus important dans la situation qui est la leur, de la dignité.

C’était la période 2004 2010.

2011, on voit bien que le système est perfectible.
Par exemple, nous avons mis en place un dispositif, un peu avant le Grenelle, qui est le plan prêt-climat Lorraine, avec le soutien de deux grands groupe bancaires, qui permettait aux particuliers, d’accéder à des prêts et ces prêts étaient bien évidemment fléchés sur des travaux d’isolation de leur maison. On s’est aperçu que se sont souvent les familles moyennes, voir de classe plus aisée, qui avaient la capacité financière de faire ces investissements, qui ont pu bénéficier de ces moyens d’accompagnement des établissements bancaires, et que la cible qui était la notre, la cible des gens modestes, n’avait pas été largement bénéficiaire des moyens du Conseil Régional.

C’est la raison pour laquelle, nous avons décidé, à partir de 2011 de réorienter nos aides.
Il est absolument impératif que nos aides en matière d‘économie d’énergie et de consommation d’énergie puissent être réorientées au profit des particuliers et notamment des particuliers les plus modestes. Je précise que c’est le chantier le plus important en Lorraine et en France.
En Lorraine, plus de 200 000 logements sont considérés comme étant très énergivores, qui sont essentiellement des logements de particuliers, des foyers modestes, des foyers pauvres et des propriétaires de leur maison. Ce sont aussi des bailleurs privés, des propriétaires qui accueillent des logements sociaux privés et il faut absolument être à leurs côtés. En Lorraine ce n’est ni plus ni moins qu’un investissement de 10 milliards d’euros sur la période considérée. Donc, ça va être un point très important de notre champ d’action à partir de 2011.

Parallèlement, nous allons amplifier tout travail sur la plateforme éducation, formation à la maîtrise de l’énergie, l’établissement scolaire et la formation continue. Sur la biodiversité, la trame verte et bleue va être engagée, le schéma régional de cohérence écologique … autant de plan qui sont dans la déclinaison du Grenelle. Une approche nouvelle sur l’agriculture, la biodiversité, avec les chambres d’agriculture, et enfin le développement des réserves naturelles régionales. Les entreprises, le réseau réel, 2 800 entreprises, on va amplifier l’approche auprès des entreprises.

Enfin dernier point, tout ce qui est transversal, ce qui est déterminant, nous allons l’examiner à travers la nouvelle rédaction de nos Règlements d’Intervention au printemps 2011, tant il est vrai qu’il nous faut du temps pour adapter nos Règlements d’Intervention pour cette politique de transversalité.

DOB EN PLENIERE : EELV DENONCE LA REFORME RECENTRALISATRICE

tribuneEn présence de la nouvelle Ministre de la Formation et de l'Apprentissage, les élu/e/s du groupe Europe Ecologie Lorraine, par la voix de leur président Guy Harau, ont dénoncé la politique de la majorité présidentielle qui rend l'exercice budgétaire difficile ne disposant de pratiquement aucune marge de manoeuvre.
Au cours de ce débat d'orientation budgétaire, les élu/e/s EELV, ont mis en valeur certains choix politiques maintenus et amplifiés par la majorité régionale autour de la formation, de l'écodéveloppement et de l'équité des territoires. Ils ont également rappelé leur attachement à une économie sociale, solidaire et de proximité.
Comme les élu/e/s écolos ne font ni effet de manche, ni petite phrase assassine, ils n'ont rencontré aucun écho dans la presse ...