1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

le dernier budget sans autonomie financière ?

Discours de Guy HARAU, président de groupe lors de la séance du 26 janvier 2012 :

Dans une assemblée telle que la nôtre, le débat budgétaire peut avoir un aspect rituel voir routinier.
Pourtant la période où nous devons voter ce budget pour la Lorraine ne l’est pas et nous invite à n’être ni routinier ni conformiste.
La crise est aujourd’hui sur les lèvres de tous les Français et les Françaises et de chacun des électeurs et des électrices qui nous ont fait confiance.
Elle se révèle ne plus être qu’une simple peur du lendemain mais une menace sur le quotidien ressentie par la grande majorité des Lorrains.
Alors, oui, il faut dire certains chiffres et c’est particulièrement marquant dans notre région, il y a aujourd’hui plus de 175 000 chômeurs en Lorraine. C’est donc de nombreuses familles qui sont touchées par une détresse économique et sociale très grande.

Parce que cette crise n’est pas seulement une crise financière ! Ce n’est pas la crise des banques. Elle touche aujourd’hui tous les citoyens. Ce n’est pas qu’une crise monétaire qui viendrait fragiliser nos économies. Ce sont les fondements même de notre système qui doivent être remis en cause. Elle n’est pas, comme certains voudraient nous le faire croire une simple crise de la dette. Elle est globale, économique, sociale, environnementale mais aussi démocratique.

La Fondation Abbé Pierre nous dit que cet hiver, en France, 8 millions de personnes, dont beaucoup de personnes âgées, auront des problèmes pour simplement se chauffer, victimes d’un modèle énergétique insoutenable et d’une précarité sociale grandissante.

Cette crise mondiale a des effets directs sur notre région. Le chômage atteint des records et les inégalités sociales se creusent.
Nos entreprises peinent à trouver des financements pour investir. Or le soutien à notre tissu d’entreprises est primordial, non seulement en termes d’emplois, mais également pour leur permettre de réaliser des investissements qui les rendent robustes sur le long terme et capables d’affronter les mutations écologiques à venir comme celle de l’énergie.

Pour agir, il faudrait que la Région dispose des leviers financiers adéquats pour influer véritablement sur la résorption de cette crise et accompagner les changements nécessaires.
Il faudrait une nouvelle organisation de l’Etat sur un mode fédéral, avec un pouvoir fort aux Régions à qui seraient données des compétences normatives importantes, couplées au rétablissement d’une véritable autonomie fiscale, l’Etat garantissant de son côté une péréquation fiscale entre régions riches et régions pauvres.
Or, le Gouvernement actuel a fait faire un bond en arrière, mettant à mal les quelques avancées d’efforts de décentralisation qui allaient dans ce sens. La Réforme Territoriale prévue pour 2014 entérine cette régression re-centralisatrice ce que nous ne cessons de dénoncer.
Elle fait reculer la parité avec la création du conseiller territorial. Elle rend illisible pour le citoyen le fonctionnement des pouvoirs locaux. Elle étouffe fiscalement les collectivités comme la nôtre dont les ressources dépendent de l’Etat.

Evidemment, nous savons que nous ne sommes pas en situation de changer cela pour le budget 2012 de cette Assemblée, mais qu’il nous soit permis d’espérer que certaines circonstances du temps politique de cette année nous permettent quand-même d’envisager un budget plus alléchant pour 2013 afin que la Région Lorraine redevienne une collectivité de plein exercice avec des ressources propres. 

Pourtant, loin de nous appeler à nous recroqueviller, cette période de crise et les échecs et inepties de l’Etat centralisateur nous invitent à oser.
C’est dans cet état d’esprit que nous devons aborder l’année 2012 et son budget.
Nous avons une triple responsabilité 
Répondre à l’urgence en faisant face aux défis du quotidien : transports, formation, vie dans les territoires ... 
Agir à temps pour préparer l’avenir et avoir le courage du changement : l’éco-rénovation des logements …
Tenir nos promesses pour ne pas laisser croire qu’une démocratie elle n’engagerait que ceux qui y croient …

Notre budget est donc un budget volontariste et ambitieux !
C’est d’abord un projet. Il tourne le dos à l’austérité qui n’est ni une solution, ni une fatalité.
Notre collectivité sera acteur de cette transition indispensable de l’économie et son budget le montre.

Communiqué de presse des membres EELV de la CLI

Les élues Europe Ecologie Les Verts réagissent à l’annonce de l’IRSN :

Leucémies chez les enfants et centrales Nucléaires…

Une récente étude produite par l’INSERM avec l’IRSN a signalé un doublement de la fréquence des cancers du sang chez les enfants et adolescents habitant à moins de 5 km de l’une des 19 centrales nucléaires françaises et que cette sur-incidence de leucémies est statistiquement significative.

Cette corrélation ne peut manquer de nous interpeller en particulier dans l’environnement de la centrale nucléaire de Cattenom.

Les travaux des Commissions Locales d’Information (CLI) des installations nucléaires ont évolué depuis un an dans le contexte post-Fukushima en se penchant particulièrement sur les conditions de sûreté tant interne qu’externe des 19 centrales atomiques en France.

En complément de cette orientation, il nous apparaît indispensable :

- D’intégrer l’état de santé tant des salariés des sites nucléaires que des habitants des régions concernées comme un axe de travail important des CLI.

- D’élargir le travail effectué ici à l’ensemble des installations nucléaires, au-delà des seuls réacteurs, en particulier à des sites de la chaîne du combustible dont les rejets dans l’environnement sont plus importants. Par ailleurs, il convient de prendre en compte toutes les voies d’atteinte du public et non les seuls rejets atmosphériques (dont les retombées sont plus faciles à cerner).

- De lancer des études épidémiologiques d’envergures internationales pour augmenter la puissance statistique, ce qui demande d’harmoniser les outils méthodologiques. Cette démarche avait déjà permis d’établir la relation entre cancer du poumon et radon domestique.

Nous sollicitons ce jour le président de la CLI de Cattenom, Monsieur Patrick WEITTEN pour que cette question soit inscrite à l’ordre du jour de la prochaine CLI.

Josiane MADELAINE             

 Vice-Présidente au Conseil Régional de Lorraine                               

Présidente de L’ALQA (Association Lorraine pour la Qualité de l’Air) 

Membre de la CLI (Commission Locale d’Information) de Cattenom              

 

Eliane ROMANI

Maire adjointe de Thionville

Membre de la CLI de Cattenom

DOB en plénière

Guy Harau, Président du groupe Europe Ecologie Lorraine, interpelle les réprésentants du gouvernement au sien de l'hémicycle régional sur la tromperie qui constitue à faire croire que, face à la crise, les dirigeants de l'Europe protègent leurs peuples avec les multiples plans d'austérité déployés.
Il appelle ses collègues, élus régionaux à garder leur sang froid et à continuer à investir pour une Lorraine dynamique, soucieuses de tous ses territoires et écologiquement responsable : voir discours d'introduction au Débat d'Orientation Budgétaire pour l'année 2012 de la séance plénière du 15 décembre 2011.

SRCAE et nucléaire : circulaire ministérielle contre voeux régionaux

Dans toutes les régions doit se négocier, entre l'Etat et la Région, un Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE : voir blog Daniel Béguin ).
Or, depuis la catastrophe de Fukushima de nombreuses régions ont adopté des voeux de transition énergétique qui, s'ils sont mis en application, obligent implicitement l'Etat à intégrer la question du nucléaire dans les SRCAE.
Devant cette "menace", le gouvernement, par l'intermédiaire d'une circulaire de Mme Kosciusko-Morizet (lire la circulaire ), exclut le nucléaire des discussions du SRCAE.
En réponse, les élus régionaux EELV des Régions qui ont adopté un voeu de transition énergétique, ont décidé de réagir par ce communiqué de presse.
Bien que le voeu des élus lorrains aient été bloqué par le Président Masseret (voir article), ils s'associent pleinement à la démarche de protestation de leurs collègues auprès de Nathalie Kosciusko-Morizet.

Le PS embarrassé par la motion EELV sur la sortie du nucléaire

Au lendemain de la catastrophe de Fukushima, pour la plénière du 1er avril 2011, le groupe Europe Ecologie Lorraine avait déjà tenté de présenter à la majorité régionale (PS - PC - EELV) une motion sur le nucléaire. Devant l'engagement en tribune de Jean-Pierre Masseret de convoquer d'urgence la grande Région le 20 avril (voir discours ) et l'urgence de faire passer la motion contre les gaz de schiste, il était convenu de repousser à juin l'élaboration d'une motion lorraine évoquant la sortie du nucléaire.
Comme prévu, le groupe construisit un texte (voir motion nucléaire )  renforcé par les 8 autres motions adoptées dans d'autres régions de France à l'initiative des élus EELV ainsi que par les motions de Thionville, Metz et Strasbourg.
Aussi, ce qui s'est passé en plénière ce vendredi 1er juillet n'est pas acceptable par nos élus : après une matinée de tergiversations dans les couloirs et les travées de l'Assemblée de la Région Lorraine, les socialistes, souhaitant visiblement sursoir au vote de cette motion et gênés par leurs collègues communistes qui s'annonçaient "contre" , s'en sont remis au Président Masseret. Celui-ci, devant la volonté des élus EEL (voir intervention de Brigitte Leblan)  de maintenir l'examen de la motion tout en acceptant l'organisation d'un grand débat sur le nucléaire à la rentrée comme il le suggérait en forme de porte de sortie a renvoyé purement et simplement la motion devant les commissions techniques.
A noter que ce geste d'humeur a été le même que pour la motion "sécheresse" présentée par l'opposition : EELV traitée comme l'UMP ???
Ces raisons ont provoqué l'envoi d'un courrier à Jean-Pierre Masseret (voir courrier ) et à tous les élus PS-PC (voir courriel ) de la part du groupe EEL faisant part de son incompréhension devant cette méthode de gouvernance de la majorité au sein du Conseil Régional.