1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

DOB à la plénière

Débat d'Orientation Budgétaire – plénière du 19 décembre 2013 – intervention Guy Harau EELV

Nous attendons de l'Etat et du parlement de nouvelles recettes nous en aurons moins.

Nous attendons de l'autonomie et nous avons le couperet de l'austérité

Nous attendons le changement, ils n'arrivent pas ou alors pas comme nous le voulons.

Et pourtant malgré une marge de manœuvres très réduite rien n'empêche l'ambition,

Nous attendons un changement de cap significatif pour la politique économique, sociale et écologique de notre région.

Pour nous écologistes cette politique passe par la promotion d'une société de sobriété équitablement partagée et prenant en compte la finitude des ressources et le bannissement des techniques nuisant à l'environnement et à l'équilibre entre les espèces vivantes. Je veux parler ici en particulier de la possible exploitation des gaz de couche dans le bassin houiller.

Pour nous l'austérité est sans issue et augmente les inégalités. Parce qu'on n'est pas tous égaux devant l'austérité.

Le risque majeur est la remise en cause des services publics. Si nous ne sommes pas attentifs dans le domaine de la mobilité par exemple nous pourrions voir régresser l'offre de dessertes TER alors que nous devons améliorer l'offre de transport collectif en qualité et aussi en quantité et donc aller vers une augmentation des propositions.

Pour nous écologiste, la transition énergétique, la lutte contre la précarité, le partage équitable du travail, l'accès à la santé pour tous, la formation, la mobilité et des outils de soutien aux entreprises doivent être nos priorités politiques et se concrétiser rapidement.

Aider à la relocalisation des activités, réorienter l'agriculture, participer de la rénovation thermique des logements doivent être les axes forts de notre budget 2014.

La transition écologique ne s'arrête pas au soutien à l'économie sociale et solitaire même si c'est un secteur important. Elle se retrouve dans chaque appel d'offre, dans chaque règlement d'intervention où nous devons construire des politiques publiques qualitatives.

Nous ne devons pas soutenir une entreprise parce qu'elle crée de l'emploi mais parce que cet emploi et de qualité et durable.

Pour les écologistes, l'emploi et la transition écologique c'est la même chose. La transition écologique c'est bon pour la région, et pour les lorrains

Dans l'agriculture, un emploi crée c'est des terres agricoles protégées, des produits cultivés plus près de nous et de meilleures qualités.

C'est une alimentation bonne pour la santé.

La santé c'est pour nous un secteur important de notre politique à une époque où nous vivons plus longtemps et parfois plus seuls.

La politique régionale c'est une politique du bien vivre ensemble et de l'appartenance à un territoire La Lorraine. Bien se loger, bien se déplacer même si on n'appartient pas au sillon lorrain c'est possible,

Sans cigeo et avec une sortie programmée du nucléaire.

Bon Noël !

Le Pacte Lorraine

Après s'être abstenu à la séance plénière du 27 juin 2013, le groupe EEL a finalement voté favorablement pour le Pacte Lorraine tel que présenté par le Président Masseret lors de la séance plénière du 18 octobre 2013.

Les prises de parole de Guy Harau, de Jacqueline Fontaine et d'Ahmed Remaoun ont permis d'exprimer certaines réserves d'importance qui devraient se traduire par le rejet de tout dossier futur d'actions s'inscrivant dans le cadre du Pacte Lorraine concerné par ces réserves.

PLENIERE sous le signe de la transition énergétique

pleniere

PLENIERE de fin de semestre chargée !

Retrouvez les interventions de vos élus concernant :

- le Pacte Lorraine selon Jean-Pierre Masseret sur lequel le groupe s'est abstenu après avoir fait d'autres propositions :

pdfTELECHARGER LE PACTE1.37 Mo04/07/2013, 18:25

- la motion anti-Bure (débat CIGEO) du PC que le groupe écolo a été le seul à rejeter,

- la motion "transition énergétiqueprésentée par le groupe et édulcorée par le Président.

Débat National sur la Transition Energétique : Conférences Régionales

Après une première étape de lancement qui a permis de présenter les perspectives de l'avenir énergétique de la France aux horizons 2030 et 2050 et de dégager les grandes problématiques du débat, la Région Lorraine, l'ADEME et les territoires partenaires proposent à l'ensemble des acteurs lorrains (décideurs, élus, dirigeants, experts, techniciens, associations, citoyens) de débattre ensemble lors de réunions thématiques décentralisées.
Cette démarche a pour ambition, d'une part, de faire émerger des contributions concrètes des acteurs lorrains au débat national et, d'autre part, de construire ensemble des propositions d'actions visant l'atteinte des objectifs fixés par le Schéma Régional Climat Air Energie Lorrain pour 2020.

Thème

Date/ horaire

Lieu

Elus EEL Présents

SOBRIETE

26/03 : 14h à 17h45

Pays de la Déodatie (IUT) 

Daniel Béguin
Christine L’heureux

URBANISME et TRANSPORTS DURABLES

02/04 : 14h à 18h15

Pays de Briey : Espace St Pierremont à Mancieulles

Daniel Béguin
Guy Harau

AGRICULTURE (matin) et METHANISATION et TERRITOIRES (AM)

09/04 : 10 h à 16h30

Pays Barrois  : (amphi EPL Agro de Bar-Le-Duc)

Daniel Béguin
Brigitte Leblan

LOGEMENT

11/04 : 9h à 17 h

CUGN : (maison des sports)

Christine L’heureux
Evelyne Gareaux
Brigitte Leblan
Daniel Béguin

BATIMENT TERTIAIRE

12/04 : 14h à 18h

Metz / Metz Métropole :(salle CMA 57)

Christine Kant
Christine L’heureux
Daniel Béguin
Guy Harau
Brigitte Leblan

INDUSTRIE

16/04 : 14h à 18h45

Pays de l’agglomération de Forbach (salle du Conseil)

Guy Harau
Christine Kant
Daniel Béguin

ENERGIE et ENERGIES RENOUVELABLES

14 mai : 9h30 à 17 h (horaires à confirmer)

Val de Lorraine et PNRL(Abbaye des Prémontrés)  

Evelyne Gareaux
Christine L’heureux
Daniel Béguin

Un budget 2013 contraint

 INTERVENTION Guy Harau budget 2013
Président du groupe Europe Ecologie Lorraine

" Monsieur le Président et Mesdames et messieurs les Conseillers Régionaux,

Autant vous le dire tout de suite, ce budget 2013 ne nous fait pas rêver, nous écologistes.
Et autant vous le dire aussi tout de suite, nous le voterons !

Il ne nous emballe pas mais nous le voterons, parce que dans le contexte national actuel nous voulons le considérer comme un budget de transition.
Solidaire de la majorité et au-delà de ce constat général qui n'est pas une posture politique de notre groupe,

Je vais m'employer à vous démontrer comment nous aurions souhaité mieux pour cet exercice 2013 et comment nous espérons que le prochain exercice aura vu entre temps les réformes nationales nécessaires pour que nous ne soyons pas dans le même constat en 2014.
Ce budget ne nous satisfait pas essentiellement parce qu'il est en retrait par rapport aux espoirs qu'un changement de majorité gouvernemental pouvait laisser supposer.

 En effet, en relisant mon discours pour le budget de 2012. Je disais :
« La Réforme Territoriale prévue pour 2014 entérine une régression re-centralisatrice ce que nous ne cessons de dénoncer.
Elle fait reculer la parité avec la création du conseiller territorial. Elle rend illisible pour le citoyen le fonctionnement des pouvoirs locaux. Elle étouffe fiscalement les collectivités comme la nôtre dont les ressources dépendent de l'Etat.
Evidemment, nous savons que nous ne sommes pas en situation de changer cela pour le budget 2012, mais qu'il nous soit permis d'espérer que certaines circonstances du temps politique de cette année nous permettent quand-même d'envisager un budget plus alléchant pour 2013 afin que la Région Lorraine redevienne une collectivité de plein exercice avec des ressources propres.
Pour agir, il faudrait que la Région dispose des leviers financiers adéquats pour influer véritablement sur la résorption de cette crise et accompagner les changements nécessaires.
Il faudrait une nouvelle organisation de l'Etat sur un mode fédéral, avec un pouvoir fort aux Régions à qui seraient données des compétences normatives importantes, couplées au rétablissement d'une véritable autonomie fiscale, l'Etat garantissant de son côté une péréquation fiscale entre régions riches et régions pauvres. »
C'est ainsi que je m'exprimais l'année dernière ...
Entre temps, la démocratie des urnes  a éloigné Nicolas Sarkozy et sa politique désastreuse de la vie publique.
Le pays est en marche vers plus de justice et je salue l'adoption de la loi instituant le mariage pour tous pour ne prendre que l'actualité la plus récente. Mais concernant les marges de manœuvre des collectivités territoriales et notamment des régions, je crains fort que l'essentiel de mes propos de 2012 soient toujours d'actualité.
Il semble encore bien éloigné le temps où l'Etat pourra garantir des recettes budgétaires dynamiques aux régions. Aussi, comme nous avons pu l'écrire avec mes collègues présidents de groupe eelv des régions au Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, je voudrais réaffirmer aujourd'hui notre inquiétude face à ce qui était au départ le gel des dotations aux collectivités et qui s'annonce depuis mardi carrément comme une baisse de plusieurs milliards d'euros de nos moyens pour 2014 et 2015.
Alors que les crises économiques, sociale et environnementale nous frappent de plein fouet, il convient de résister aux sirènes de la pensée dominante qui voudraient imposer toujours moins de dépenses publiques.
S'il est nécessaire d'être rigoureux dans l'utilisation des deniers publics et de bien choisir nos priorités, il est essentiel, pour ne pas s'enfoncer un peu plus dans la récession et la désespérance, de maintenir le niveau d'intervention des collectivités et des services qu'elles rendent à la population.
Entre la récession et la fuite en avant, nous proposons une sobriété pensée, dynamique et assumée, dans un esprit de responsabilité partagée.

Les collectivités représentent 70 % de l'investissement public en France et, parmi elles, les régions, de par leurs compétences (formation, apprentissage, transports...), ont un rôle stratégique à jouer dans la transition écologique et donc dans la création d'emplois de qualité, durables et non-dé localisables.
Regardons d'un peu plus près ce que donne un budget contraint comme le nôtre.
-        Les dépenses de fonctionnement ! Elles sont contenues, on pourrait s'en féliciter pourtant on est là au cœur du quotidien des lorrains, aux cœurs des problématiques liées à l'emploi,
-        Le budget 2013 voit une diminution de l'appel à l'emprunt! Contrairement au Cesel nous le regrettons : la capacité à emprunter d'une collectivité définit sa capacité à avoir de l'ambition pour son futur et donc à préparer l'avenir, mais comment faire autrement quand les marges de manœuvre fiscale quasi inexistante ne permettent pas de souplesse en termes de recettes ? Pourtant, nous savons que l'investissement qui a pu être engagé en son temps par la nouvelle majorité de gauche de la Région Lorraine pour une dynamisation véritable du TER par exemple a su répondre aux attentes des Lorrains et des Lorraines et que ceux-ci ont largement compris le message en se reportant massivement sur le fer dans leurs déplacements quotidiens. C'est ainsi que l'on change les choses, en osant ! Mais encore faut-il avoir les moyens d'oser !
-        Dans un budget contraint, il faut faire preuve d'imagination et le président Masseret nous demande, avec ce budget, de faire preuve d'adaptabilité et de réactivité. Il faut pouvoir mieux gérer l'immédiateté de besoins que la crise ne nous permet pas toujours de bien anticiper. Nous nous félicitons de cette souplesse budgétaire assumée ...qui va de pair avec nos priorités politiques…
-        Ce budget ne veut pas céder à l'austérité. Les écolos ne veulent pas se limiter à cela. Notre persévérance, notre capacité à être ambitieux et constructifs, nous amènent à toujours anticiper l'avenir.
-        Cela veut dire que nous savons anticiper les mutations économiques,
-        Nous devons obtenir de l'Europe le statut de région en transition, statut qui va dégager des moyens déterminants pour l'avenir des Lorrains et des Lorraines
-        Et mettre le »paquet « sur la transition énergétique,
Une industrie d'avenir n'est pas forcément synonyme pour nous de nouvelle industrie. Non, la sidérurgie par exemple est pour nous une industrie d'avenir à condition que l'on investisse dans sa reconversion écologique avec entre autre le captage et l'utilisation judicieuse du CO2, voilà ce qu'un budget non contraint par des recettes entièrement assujetties au bon vouloir de l'état devrait nous permettre en conscience. Les Lorrains et les Lorraines sont prêts à faire les efforts directs qui mettraient leur région sur la voie d'un futur écologiquement et socialement soutenable !

Je voudrais souligner encore 2 points essentiels du budget :
-         la baisse des Crédits de Paiement qui dit combien la crise a percuté notre territoire en 2012
-         et la hausse des Autorisations de Programme qui indique clairement les priorités de la majorité régionale
-        un acte III de la décentralisation qui décentralise, une loi sur les nationalisations temporaires qui nationalise, devraient redonner sa place à notre collectivité dans l'impulsion régionale que tous les Lorrains et les Lorraines attendent.

Avec les moyens du bord, nous essayons de faire au mieux, au plus près des besoins et en souplesse.
Mais cet exercice ne saurait durer valablement et 2014 ne pourra pas ressembler à 2012 et 2013."