1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Plénière du 2 mars (CPER) : discours de Guy Harau

Messieurs les Présidents, cher-e-s collègues,

Le protocole d’intention du CPER 2015-2020 pour la Lorraine se met en place dans le contexte national que l’on connait. Contexte de baisse amplifiée des dotations de l’Etat, et donc gestion par l’austérité. Nous en avons parlé lors de la séance consacrée au budget au mois de Janvier.  


Malgré une petite baisse en janvier, nous atteignons le plus haut niveau de chômage jamais enregistré. Qui peut croire qu’avec comme objectif prioritaire la diminution de la dette publique nous puissions faire autre chose que de déboucher sur la déflation.

Lire la suite : Plénière du 2 mars (CPER) : discours de Guy Harau

Intervention débat d'orientation budgétaire (DOB)

Monsieur le Président,

Cher.e.s collègues

Je voudrais revenir sur une des orientations de ce DOB : « La transition énergétique et le développement durable comme moteur de nouveaux marchés et de nouveaux emplois »

Oui peut-être, surement même, la transition énergétique devrait générer de nouveaux emplois.

mais il faut surtout avoir pour objectif la transition énergétique qui assurera à notre pays l’autonomie énergétique

-          en incitant aux économies d’énergie

-          en soutenant le développement des énergies renouvelables et non polluantes

Il faut aussi avoir pour objectif un réel développement durable tel que défini à Rio au Sommet de la Terre de 1992 : « Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.»

Lire la suite : Intervention débat d'orientation budgétaire (DOB)

Débat d'orientation budgétaire (DOB)

Intervention deu Guy Harau lors des débats sur le DOB:

 "Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

En janvier viendra le temps des chiffres ; aujourd’hui nous sommes là pour définir des objectifs et des priorités, dans le contexte d’une  baisse amplifiée des dotations de l’Etat.  Baisse qui ralentira l’investissement des collectivités territoriales, soutien de l’économie  locale.

Dans cet hémicycle comme au Parlement, les écologistes s’opposent à cette orientation et travaillent à rendre la plus efficace possible la dépense publique. Elle doit soutenir les lorraines  et des lorrains dans leur quotidien en les aidant à :
Améliorer leur  déplacements décarbonés, et pas uniquement  dans le Sillon lorrain.
Maitriser la facture énergétique des entreprises et des familles.
Se former en réponse aux besoins structurels et conjoncturels des entreprises.

Une gestion écologique de la dépense publique c’est, pour la Lorraine :
-    des éco-conditions dans nos politiques régionales
-    un opérateur énergétique polyvalent
-    des fonds européens et un Contrat de Plan Etat Région mobilisés pour la transition écologique de l’économie et des territoires

Concernant  la Grande région Transfrontalière et la future Région (ALCA, Grand Est ou Alsace et environs, peu importe) on aurait espéré des projets communs  dans le cadre du plan Juncker de 300 milliards mais il semble que les projets sont déjà préfigurés et que les dés sont jetés.
Nous regrettons également l’abandon récent par la Commission Européenne des paquets législatifs sur la qualité de l’air et l’économie circulaire,

La France accueillera, en décembre 2015, la 21ème Conférence sur le climat des Nations Unies, les conclusions des conférences et la dernière qui vient de se terminer à Lima ne sont pas toujours accueillie positivement par les écologistes. Les préparations de cette Conférence montrent que la France aimerait marquer une étape plus importante dans l’engagement des Etats, mais encore faudrait-il que l’Etat comme les collectivités territoriales prennent et tiennent des engagements contraignants pour maintenir l’évolution de la  température globale en deçà de 2°C. Il s’agit d’adapter nos territoires aux conséquences des dérèglements climatiques, de multiplier et d’encourager les pratiques respectueuses de la terre et des hommes.

J’ai évoqué plus avant les contraintes que nous impose la politique de l’Etat, mais l’autre partie des difficultés vient des choix dans notre région.
Pour les écologistes, il faut en finir avec les grands projets inutiles.
Bure, quoi qu’en pensent certains, n’est pas une bonne réponse au stockage des déchets nucléaires.
Le grand carénage à Cattenom, comme ailleurs, c’est poursuivre dans la voie du nucléaire et manquer le passage à la transition énergétique. Préfigurer le prolongement des Installations Nucléaires de Base sans attendre le résultat des visites tri et quadri décennales est pour nous un déni de démocratie.

Le barreau autoroutier Toul-Dieulouard et le contournement ouest de Thionville sont des réponses du XXème siècle à la mobilité d’aujourd’hui et de demain, et l’écotaxe si elle venait à voir le jour dans notre région ne peut concerner ces projets.

Malgré des désaccords, nous sommes depuis 2004 dans la majorité et notre participation a permis la prise en compte de l’écologie dans un bon nombre de dossiers régionaux. Pourtant il reste beaucoup à faire et dans ces temps  où tout le monde parle de transition énergétique il nous semble que nous reculons sur le sujet de l’écologie.

On ne nous fera pas croire que la crise en est seule  «responsable».
Un taux de croissance à 3% et un productivisme acharné sont des valeurs d’un autre siècle.

La transition écologique est la réponse à cette situation.

Les circuits courts, les énergies renouvelables, l’économie circulaire, les industries de la transition énergétique sont des outils de cette transition et la source de nombreux emplois pour demain. Oui, il y a de la place en Lorraine pour de la production d’acier bas carbone !

Parce que lutter contre la pollution de l’air et de l’eau, encourager l’agriculture biologique de proximité c’est bon pour nos poumons, nos estomacs, pour l’économie locale  et même pour la sécurité sociale. Oui le lien santé environnement est évident. L’Organisation Mondiale de la Santé vient de reconnaitre que les maladies chroniques sont maintenant plus fréquentes que les maladies transmissibles. L’état de santé de notre environnement n’y est pas pour rien. Alors pourquoi avancer avec tant de lenteur sur ces sujets ?

Nous ne souhaitons pas un budget d’austérité  ni un budget qui fasse seulement  la part belle à de grands groupes industriels dont nous ne maîtrisons pas toujours la responsabilité sociale et environnementale.

Nous attendons un BP lisible et transparent sur les choix budgétaires, sur ce qu’il convient de réduire voire de supprimer, quelles conséquences pour l’emploi actuel, pour quels motifs, au profit de quelles politiques. Nous voulons  pouvoir voter en janvier un budget qui donne des perspectives et aménage durablement le territoire."

Assister aux Commissions Permanentes et aux Séances Plénières

282 CopierChaque lorraine et chaque lorrain pouvait assister aux Séances Plénières du Conseil Régional ou les visionner par internet sur le site de la Région Lorraine (http://www.lorraine.eu/accueil.html).

Cela sera désormais possible aussi pour les Commissions Permanentes, plus fréquentes, une par mois environ.

Ces Commissions Permanentes sont constituées de tous les élu.e.s également.

Y sont mises en délibération pour vote toutes les attributions de subvention ainsi que la plupart des autres décisions, en dehors du budget qui reste pratiquement plus que le seul objet des séance plénières.

Si vous portez un dossier par l'intermédiaire d'une association, d'un lycée ou de toute autre structure, c'est lors de ces séances que vous pourrez vérifier en direct quel sort est donné à votre demande (attention, pas forcément nommément : tous les dossiers ne sont pas cités un par un).

Lire la suite : Assister aux Commissions Permanentes et aux Séances Plénières

Plénière du 27 juin 2014

Lors de cette séance plénière, c'était le baptême du feu pour notre collègue, François THIERY, nouvel élu suite au cumul de mandats de Christian Franqueville. François THIERY a aussitôt défendu la nécessité de prise en compte de l'avis des citoyens dans la future Réforme Territoriale : "si on ne veut pas dire dans 10 ans, cette réforme a échoué, il faut entrer dans une pédagogie, c'est loin d'être le cas". Issus du territoire de la Vôge (Relanges), éleveur bio et ancien président de la FNAB, il sera délégué pour le Conseil Régional au CDOA 88 (Commission Départementale d'Orientation de l'Agriculture)

Francois thiery

Au cours de cette séance, le groupe Europe Ecologie Lorraine a :

-        Voté "contre" la Stratégie Régionale de l'Innovation Spécialisation Intelligente (discours d'Ahmed Remaoun),

     Voté « contre » une convention avec l’industrie de l’armement (discours de Jacqueline Fontaine)

-        Initié et fait voter une motion concernant la réforme du code minier

-        Initié et fait voter une motion contre le projet TAFTA

Déchets nucléaires à Bure : communiqué de presse de Denis Baupin

nucleaireradioactivite1

Une conférence de consensus comprenant 17 personnes ne peut pas remplacer le débat public ni annuler vingt ans de mensonges et de propagande. Toutefois, nous espérons fortement que les conclusions de la conférence de consensus seront reprises et appliquées par tous les acteurs du dossier.

Les rares fois où le public a pu s’exprimer à ce sujet ont d’ailleurs abouti aux mêmes conclusions. Aussi avec Denis Baupin, le groupe des élu/es régionaux EELV souhaitent qu’enfin les conclusions puissent être prises en compte par les décideurs. C’est à cette condition que la confiance en la parole publique pourra progressivement être reconquise, ce qui est une urgence absolue à nos yeux.

Communiqué de presse de Denis Baupin du 12 février 2014

 

Enfouissement des déchets nucléaires

Le gouvernement doit entendre les conclusions du débat public

La Commission nationale du Débat Public (CNDP) a rendu publiques aujourd'hui les conclusions du débat public ‎organisé sur le projet d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure. Ces conclusions sont très convergentes avec celle de la conférence de citoyens organisée sur le même sujet. 

Ces conclusions mettent en évidence les très nombreuses incertitudes qui continuent d’entourer ce dossier : risques (incendie, etc.), réversibilité non définie, coûts probablement bien plus élevés que prévu, ‎impacts potentiels de la politique énergétique sur la quantité de déchets, résistance sur la durée des galeries, etc., sans oublier les questions éthiques liées à ce projet a très, très longue durée. 

La CNDP recommande en conséquence de revoir le calendrier actuel beaucoup trop précipité et propose qu’une expérimentation pilote précède toute décision. 

Je me réjouis de ces conclusions de bon sens, qui rejoignent les interrogations posées par de nombreuses associations, nombre d’experts et élus.  Par la qualité de son expertise et de son travail, la Commission Nationale du Débat Public confirme la pertinence de l’outil "débat public" pour éclairer les décideurs. 

Le gouvernement doit entendre ces recommandations. ‎Le projet Cigeo doit être réexaminé en profondeur. Il faut vérifier si des réponses pertinentes peuvent être apportées aux nombreuses questions posées. Ce réexamen doit être l’occasion de réinterroger la pertinence de la seule "solution" pour l’instant retenue (le stockage profond) et de poursuivre l’examen d’autres voies (entreposage en subsurface notamment). 

Pour la première fois en France, il est possible que la voix des citoyens et les processus démocratiques puissent influer sur le fonctionnement de la filière nucléaire. Le gouvernement doit se saisir de cette opportunité. 

Denis Baupin

Vice-Président de l’Assemblée Nationale